Περιεχόμενα
Diaspora Grecque en France
Liens avec la Grèce et Chypre


Διάφορα Κείμενα-Textes divers
PRESENTATION LIVRE : MONEMVASSIA
le 12/9/2020 11:17:44

Monemvassia publie un nouveau livre, "Exils"

Le livre « Exils », a souffert d’être sorti juste après le confinement, et les lecteurs potentiels sont restés frileux.
Monemvassia ne peut payer un diffuseur/distributeur, et l’immense majorité des libraires refusent de prendre des livres en dépôt dans le cas de l’auto-diffusion.

Puisque les déplacements et contacts sociaux sont limités, rabattez-vous sur la lecture, qui ne présente aucun danger !

Les livres peuvent être commandés directement au siège social
(voir site : http://editions-monemvassia.com) ou dans n’importe quelle librairie.


1830 : Occupée depuis 450 ans par les Turcs ottomans, la Grèce obtient enfin son indépendance au bout de dix ans de luttes sanglantes.
1914 : l’Empire ottoman, proche de sa fin, massacre à grande échelle les Arméniens et les Pontiques — des Grecs qui vivaient depuis l’Antiquité, sur la rive sud du Pont-Euxin, l’actuelle Mer Noire.
1938 : de nombreux Pontiques survivants, qui s’étaient autrefois réfugiés dans l’Empire des Tsars, à Soukhoumi en Géorgie, sont som¬més, cette fois par les Soviétiques, de s’enrôler dans l’Armée Rouge. Ceux qui refusent ont deux jours pour fuir vers leur « mère-patrie », la Grèce, qu’ils ne connaissent pas.
Léontis et Panaïla, un couple de paysans pontiques, et leurs deux jeunes fils, abordent ce pays inconnu, une Grèce très pauvre, qui a déjà dû accueillir un million et demi de réfugiés grecs d’Asie Mineure en 1923. Ils vont affronter la misère et le rejet des autochtones qui ne comprennent pas leur langue, grecque pourtant, mais très éloignée de la langue nationale. Ils s’installent au pied du Mont Olympe pour cultiver du tabac, et grâce à leur travail acharné, acquièrent quelques champs et sortent enfin de la misère. Trois de leurs fils émigrent à l’étranger, comme des centaines de milliers de Grecs, pour connaître une vie meilleure.
Destin d’une famille de paysans sous le signe de l’exil, et surtout, portrait d’une femme rebelle, à qui la misère, le dur travail de la terre, les accablantes tâches ménagères et les trop nombreuses grossesses ont « asséché l’âme », mais qui trouve parfois un espace de liberté, seule dans la nature.
Un style sobre pour évoquer ces vies où les actes priment sur les sentiments, dont l’expression est souvent vécue comme une faiblesse.
Des dialogues minimalistes dans ce monde de « taiseux », qui se parlent bien plus à eux-mêmes qu’aux autres.
Iota Ioannidou est originaire de Thessalonique. Après des études d’archéo¬logie et d’art dramatique, elle travaille à Athènes comme actrice de théâtre et de cinéma, et comme présentatrice à la radio et à la télévision.

Printer Friendly Page Envoyer à un ami




Επικοινωνία - Contact : info@diaspora-grecque.com  |Contact : info@diaspora-grecque.com|  Base :Nyko