Περιεχόμενα
Sondage-Δημοσκόπηση
Diaspora Grecque en France
Liens avec la Grèce et Chypre


Διάφορα Κείμενα-Textes divers
RESUMES-(cliquez) : CINQUANTIEME ANNIVERSAIRE
le 20/10/2010 15:50:09

Cinquante ans de la République de Chypre à Marseille

Dans le cadre du cinquantième anniversaire de la République de Chypre, le Consulat de Chypre à Marseille et d' Amitié France Chypre ont organisé, avec la collaboration du Conseil Général à Marseille, une exposition intitulée « CHYPRE, UNE CIVILISATION DISPARAIT » et une conférence le 13 octobre 2010 au Conseil Général. Tous étaient réunis pour la commémoration de cet anniversaire. Ce fut un grand évènement mais, en même temps, les visiteurs ont découvert la triste réalité du PILLAGE DU PATRIMOINE CULTUREL DE CHYPRE





Lors du vernissage, M. le Consul de Chypre, Alkis Voskarides, commente les photos de l’exposition aux personnalités, parmi lesquelles Mme Marie-Arlette Carlotti, Vice-présidente du Conseil Général des Bouches-du-Rhône.









Son Excellence l’Archimandrite Benediktos Ioannou, Délégué de l’Eglise de Chypre auprès de l’Union Européenne, lors de son discours, au cours duquel il a expliqué la situation très grave des églises et des monastères sur l’île. Il a également spécifié que les Chypriotes grecs s’entendent très bien avec les Chypriotes turcs.


En effet, en 1974, la Turquie envahit Chypre et occupe 40 % de l'île. La population grecque qui vit sur la partie nord du territoire est chassée et 200 000 personnes deviennent des réfugiés dans leur propre pays, victimes d’un nettoyage ethnique d’une rare violence, la Turquie organisant le transfert de colons d'Anatolie dans les régions occupées. Parallèlement, la Turquie poursuit une politique délibérée de destruction et de pillage du patrimoine culturel et historique au nord de Chypre.
En un peu plus de trente ans, 500 églises sont pillées et vandalisées, dont au moins 55 sont transformées en mosquées. 50 autres églises et monastères sont utilisés comme étables, magasins, auberges ou bien sont démolies, comme St Catherine à Gérani, ou Panayia Avgaside à Milia. Environ 20 000 icônes et autres objets du culte sont volés, des dizaines de fresques et de mosaïques sont morcelées et vendues à l'étranger tandis que d'autres sont détruites à jamais.
La destruction ne se limite pas au patrimoine Orthodoxe mais concerne l'ensemble symboles religieux visibles sur l'île qu’ils soient Arméniens, Maronites, Catholiques, Protestants ou Israélites. Dans ce contexte, la République de Chypre déploie des efforts considérables pour récupérer les objets volés mais l'ampleur du trafic d'antiquités chypriotes est, hélas, sans commune mesure.
Grâce à la coopération au sein d'Interpol, plusieurs réseaux de receleurs d'antiquités chypriotes ont été interpelés. Le cas le plus célèbre concerne le turc Aydin Dikmen. La police allemande l'avait arrêté en octobre 1997. Suite à la perquisition de ses locaux à Munich, plusieurs centaines d'objets ont été retrouvés en provenance d'environ 50 églises différentes situées dans la zone sous occupation.
Parmi les oeuvres les plus connues, il y a les mosaïques du VIe siècle de l'église de Panayia Kanakaria, vendues en partie à un marchand d'art aux États-Unis, ainsi que des fragments de fresques de plusieurs églises du IXe et XIIIe siècles. Le tout étant accompagné de photos des chantiers de pillage et de preuves incontestables de la complicité des autorités d’occupation…
Le rapatriement de plusieurs de ces objets a donné lieu à de longues batailles juridiques, comme l’ont prouvé les discussions liées aux mosaïques de Panayia Kanakaria, tranchées par la justice américaine qui a décidé qu’elles devaient revenir à leur propriétaire légitime…l’église de Chypre !
Des procédures sont toujours en cours et notamment en République Fédérale d'Allemagne pour rapatrier des centaines d'objets volés dans la zone sous occupation.
Cependant, il ne faut pas se voiler la face, c'est une partie du patrimoine mondial qui est menacée de disparition et que seule une mobilisation internationale peut sauver.




Le Consul de Chypre à Marseille, M. Alkis Voskarides, dans une salle comble du Conseil Général, a animé une conférence-débat,

«CHYPRE ENTRE ORIENT ET OCCIDENT».

Il a commenté l’histoire de Chypre depuis le tout début jusqu’à nos jours en projetant des diapositives sur un écran géant. Toutes les personnes ont pris conscience du fait qu’une si jolie île, membre de l’Union Européenne, très touristique et riche d’un très grand passé historique, dont le peuple hospitalier accueille chaleureusement tous les visiteurs, ne mérite pas qu’elle soit martyrisée de la sorte.
















Nous tenons à féliciter M. Voskarides pour l’organisation de cette grande manifestation qui a remporté un vif succès et qui a mieux fait connaître la réalité dans le sens « invasion et triste occupation de l’île d’Aphrodite ! »



Des personnalités autour de M. Jean-Noël Guérini, Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône
De gauche à droite : Mme Patricia Fernandez, Maire de Port-de-Bouc, M. Jean Marc Coppola, Vice- président du Conseil Régional, l’Archimandrite Benediktos Ioannou, M. Jean-Noël Guérini, M. Pavlos KOMBOS, Chef de Mission Adjoint, qui représentait l’Ambassadeur de Chypre en France, M. Antonis Alexandridis, Consul Général de Grèce à Marseille, M. Alkis Voskarides , Mme Evelyne Santoru, Conseillère Générale, et M. Roland Joly, Président d' Amitié France Chypre

Printer Friendly Page Envoyer à un ami




Επικοινωνία - Contact : info@diaspora-grecque.com  |Contact : info@diaspora-grecque.com|  Base :Nyko