Περιεχόμενα
Diaspora Grecque en France
Liens avec la Grèce et Chypre


ASSOCIATIONS- ΣΥΛΛΟΓΟΙ
RESUMES-(cliquez) : MOIS DE CHYPRE
le 8/11/2010 19:38:53

Le mois de Chypre s’est terminé avec succès.

Le mois de Chypre, qui s’est déroulé du 11 au 30 octobre, à Marseille, Port Saint Louis, Salon de Provence, Istres, Martigues et Port-de-Bouc, a connu un vif succès.
Le mois de Chypre a eu lieu à l’occasion des cinquante ans de la République de Chypre et a été fêté par des expositions, des conférences et des projections de films.
Nous tenons à féliciter les organisateurs, le Consulat de Chypre à Marseille et l’Amitié France-Chypre.
Le 30 octobre, la clôture s’est déroulée à Port-de-Bouc en présence de nombreuses personnalités et beaucoup de monde. La soirée s’est terminée par une grande fête grecque. A signaler la présence de M. Charalambos Pétinos, Conseiller du bureau de presse de l’Ambassade de Chypre à Paris, qui représentait M. l’Ambassadeur.




De gauche à droite : Madame Patricia Hernandez, Maire de Port-de-Bouc, M. Alkis Voskarides Consul de Chypre à Marseille, et M. Roland Joly, Président d' Amitié France-Chypre

Voici le discours de M. Alkis Voskaridès :
Madame le maire,
Madame la conseillère générale,
Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs les présidents des associations,
Chers amis,


Je voudrais tout d'abord vous remercier du fond du cœur pour tout ce que vous faites pour Chypre par des actions concrètes et depuis tant d'années.
Je suis heureux d'être ce soir parmi vous pour fêter l'anniversaire de l'indépendance de Chypre. Cela fait 50 ans que Chypre existe en tant qu'Etat indépendant, souverain et légal.

L'indépendance de 1960 était le couronnement de plusieurs années de lutte.
La jeune république a essayé d’assurer une coexistence paisible à tous ses citoyens d'origine grecque, turque, arménienne ou latine, malgré un contexte difficile, ou des intérêts extérieurs à notre peuple ont tenté d’instrumentaliser la haine et la discorde.

En 1974, l'armée turque a envahi Chypre. Cette invasion s'est accompagnée d'un nettoyage ethnique d’une rare violence, d'une destruction systématique du patrimoine cultuel et culturel, nous a privés de 40 % de notre territoire et a dressé un mur de séparation, une blessure honteuse imposée par l’envahisseur
Le problème chypriote n'a jamais été un conflit entre deux communautés. Il s'agit purement et simplement d'un problème d'invasion et d'occupation et aujourd’hui, 36 ans après il ne subsiste plus aucun doute…

En 2004, nous avons pu intégrer l’Union Européenne, c’était un moment fort, c'était le retour en quelque sorte à « la maison », l’espace auquel Chypre a depuis toujours appartenu.
Mais si l'Europe que nous construisons aujourd'hui n'est pas qu'une vaste zone économique mais un territoire de paix et de respect des valeurs, alors comment peut-on imaginer aujourd'hui encore la présence d'une armée d'occupation sur le sol européen, et ce par un pays qui aspire à devenir un jour membre de l’Union ?

Cette question est gênante, alors certains préfèrent ne pas la voir posée, allant même jusqu’à demander de se taire. Leur indécence va jusqu’à nous demander à renoncer de nous-mêmes à nos droits fondamentaux, pour ne pas déranger les intérêts des « grands de ce monde »….
La question Chypriote est d’autant plus gênante qu’elle nous interpelle si bien sur le plan de nos institutions européennes que sur le plan de nos convictions personnelles. La question Chypriote est en réalité une sorte de test de la vérité… C’est à nous, les citoyens européens, d’interpeller nos institutions, c’est aux peuples de l’Europe que les institutions doivent rendre des comptes…

Nous n'avons eu de cesse depuis 1974 de chercher une solution nous permettant de vivre en paix à Chypre. Mais la présence de 40 000 soldats turcs et plus de 160 000 colons, ne peut permettre une solution. Aucun peuple ne peut vivre en paix en présence d'une armée d'occupation.
Aujourd'hui, les pourparlers sont à nouveau en cours. Ce que nous souhaitons tous, c’est de les voir aboutir à une solution nous permettant de retrouver une paix et une prospérité durable dans la maison européenne.

Je voudrais terminer en m’adressant plus particulièrement aux militants, amis et partenaires de l’association Amitié France Chypre. Depuis un mois nous avons partagé des moments forts, à Marseille, Salon, Port St Louis, Istres, Martigues et bien sûr Port de Bouc. Je voudrais tout simplement vous dire merci pour ce que vous faites, merci pour ce que vous êtes et vous dire aussi à quel point je suis fier de travailler avec vous… Rappelez vous, la route sera longue mais ce n’est pas le nombre qui fera la différence dans ce combat, mais la conviction, la détermination et l’engagement envers cette noble cause qui est la justice et la liberté pour un peuple.



Des personnalités autour de M. Jean-Noël Guérini, Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône , lors de l’inauguration de l’ exposition intitulée « CHYPRE, UNE CIVILISATION DISPARAIT » au Conseil Général à Marseille le 13 octobre 2010. De gauche à droite : Mme Patricia Fernandez, Maire de Port-de-Bouc, M. Jean Marc Coppola, Vice- président du Conseil Régional, l’Archimandrite Benediktos Ioannou, Délégué de l’Eglise de Chypre auprès de l’Union Européenne , M. Jean-Noël Guérini, M. Pavlos KOMBOS, Chef de Mission Adjoint, qui représentait l’Ambassadeur de Chypre en France, M. Antonis Alexandridis, Consul Général de Grèce à Marseille, M. Alkis Voskarides , Mme Evelyne Santoru, Conseillère Générale, et M. Roland Joly, Président d' Amitié France Chypre

Printer Friendly Page Envoyer à un ami




Επικοινωνία - Contact : info@diaspora-grecque.com  |Contact : info@diaspora-grecque.com|  Base :Nyko