Περιεχόμενα
Sondage-Δημοσκόπηση
Diaspora Grecque en France
Liens avec la Grèce et Chypre


Διάφορα Κείμενα-Textes divers
CHYPRE : ΚΥΠΡΟΣ
le 4/7/2012 16:17:10

Priorités de la présidence chypriote du conseil de l'Union Européenne

Chypre accorde une priorité et une importance particulières à sa présidence du Conseil de l’Union, entamée le 1er juillet de cette année. Dans cet état d’esprit, le pays mettra tout en œuvre pour contribuer à l’avancement des idées et idéaux de l’Union. Elle va œuvrer dans le cadre de sa présidence, de manière constructive, au bénéfice de tous ses partenaires. Cette affirmation a été à plusieurs reprises mise en avant par le gouvernement de l’île et notamment par le Président de la République Demetris Christofias.
D’autre part, nous connaissons tous la sensibilité sociale du gouvernement de Chypre. En tenant compte des sensibilités politiques et sociales des autres Etats membres, la République de Chypre tentera, dans la mesure du possible, de promouvoir toutes les mesures allant dans le sens du renforcement de la politique sociale de l’Union.
Il ne faut pas oublier, loin de là, l’existence et la persistance de la crise économique actuelle qui met à mal la cohésion sociale et les acquis de la société européenne. A notre sens, ces résultats sont en grande partie dus à la politique néolibérale appliquée sans retenue et ne tenant pas compte du facteur humain ; ne tenant pas compte de l’homme, tout simplement. Les sociétés appelées communément « libérales », sont devenues la proie des spéculateurs en tout genre et la base du renforcement de l’exploitation à outrance.
Cette situation mène à une pauvreté accrue et une déchéance visible du tissu social, partout en Europe. « L’économie ne doit pas tenir compte seulement des chiffres, déclarait récemment le Président de la République Demetris Christofias ; elle doit conserver les références sociales, elle doit maintenir les objectifs de croissance afin de permettre le développement de la société ». « Il est temps, précisait-il également, de réviser notre approche de ces questions – au sein de l’Union européenne – et de nous tourner vers des politiques économiques soutenant la croissance et, par conséquent, l’état social, au bénéfice des citoyens ».
Le Président chypriote précisait ensuite son opposition à l’adage qui dit que le développement peut seulement provenir de la réduction des dépenses publiques. « Nous pensons, disait-il, que nous devons investir dans l’avenir, renforçant le développement durable. Nous devons investir sur les générations futures, sur l’enseignement, les nouvelles technologies… ».
En effet, il est temps de réfléchir profondément sur la question de la discipline budgétaire - certes action nécessaire mais pas unique – dans la lutte contre la crise. L’investissement, notamment dans les domaines créateurs d’emploi est plus qu’urgent, si l’on veut combattre le fléau du chômage touchant de plein fouet, une grande partie de la jeunesse de l’Europe mais également une partie des plus de cinquante ans et conduisant à la marginalisation et l’exclusion.
En dehors de la crise, la Présidence chypriote a comme objectif de faire avancer le dossier de la Politique Maritime Intégrée de l’Union. Etant un pays insulaire, Chypre comprend parfaitement les enjeux de cette politique et connait les problèmes et les défis auxquels l’Union européenne doit répondre concernant les activités maritimes.
Dans le domaine de la Politique Extérieure commune, Chypre va coopérer étroitement avec les services de la Haute Représentante de l’Union sur la Politique Extérieure et de Sécurité. Il est évident qu’avec le Traité de Lisbonne et l’instauration du Service de Madame Ashton, la réussite dans ce domaine passe par une coopération très étroite. Chypre va promouvoir le renforcement et l’approfondissement des relations de l’Union avec nos voisins du sud, notamment après les révolutions qui ont eu lieu dans la plupart de ces pays. Enfin, dans le cadre de l’exercice de la Présidence tournante, il y a des objectifs fixés par le Trio des Présidences auquel fait partie Chypre - avec la Pologne et le Danemark - ainsi que des impératifs de calendrier, comme par exemple l’aboutissement du travail sur le Cadre Budgétaire Pluriannuel de l’Union, qui seront menés par la Présidence chypriote, avec toujours dans l’esprit, la recherche de consensus.
Dans le domaine de l’élargissement, Chypre poursuivra l’œuvre de l’ensemble de l’Union sans léser aucun des candidats à l’adhésion et se basant uniquement sur le mérite de chaque candidature et les progrès réalisés par les pays candidats dans la réalisation des engagements pris à l’égard de l’Union, ainsi que les progrès réalisés dans le domaine de l’adoption de l’acquis communautaire.
Laissons au Président chypriote le mot de la fin de cet article : « En tant que nouveau membre de l’UE, cette Présidence représente pour nous un événement particulièrement important et un défi historique. L’un de nos objectifs principaux, en tant que pays - président, est de contribuer, au mieux de nos possibilités, aux efforts de l’Union Européenne de fonctionner, par le biais de ses politiques, comme une force génératrice de progrès, de paix, de stabilité et de prospérité sur la scène internationale. (…). L’Union Européenne est le résultat d’une vision qui, de manière culturelle et historique, unit tous ses membres. L’intégration européenne, au moyen de l’élargissement progressif, de l’approfondissement et de la maturité des institutions de l’UE, devrait toujours être fondée sur les principes universellement acceptés de la démocratie, de l’égalité, de la solidarité et du respect de la souveraineté des peuples ».


Charalambos Petinos
Historien, spécialiste de Byzance et de Chypre.
Dernier ouvrage paru : « Union européenne 2012. La présidence chypriote et la question turque », L’Harmattan, 2011.

Printer Friendly Page Envoyer à un ami




Επικοινωνία - Contact : info@diaspora-grecque.com  |Contact : info@diaspora-grecque.com|  Base :Nyko