Περιεχόμενα
Sondage-Δημοσκόπηση
Diaspora Grecque en France
Liens avec la Grèce et Chypre


Διάφορα Κείμενα-Textes divers
RESUMES-(cliquez) : TURQUIE
le 21/6/2017 14:25:15

La Commission des Affaires étrangères du Parlement européen réclame le gel des négociations d'adhésion avec la Turquie

Par Charalambos Petinos

Les membres de la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen ont adopté hier (20 juin 2017) une résolution demandant que les négociations d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne soient suspendues si les modifications de la Constitution se poursuivent.
Dans cette résolution, qui n’est pas contraignante - décidée avec 51 voix pour, trois contre et quatorze abstentions et qui sera soumise début juillet 2017 pour vote à l'assemblée plénière du Parlement réunie à Strasbourg - les parlementaires exhortent la Commission européenne et les gouvernements nationaux de l'UE à
« suspendre formellement les négociations d'adhésion avec la Turquie dans les plus brefs délais si la réforme constitutionnelle est mise en œuvre en l'état ».

Les députés se disent préoccupés par le recul de la Turquie en matière d'Etat de droit, de droits de l'homme, de liberté des médias et de lutte contre la corruption.
Ils condamnent en outre le soutien affiché à de multiples reprises par le président Erdogan à un retour de la peine de mort et rappellent que si une telle décision devait être prise, elle remettrait en cause la qualité d'État membre du pays au Conseil de l'Europe et mènerait à une suspension immédiate des négociations d'adhésion à l'UE, selon les eurodéputés.
La Commission des Affaires étrangères du Parlement européen procédait, comme pour chaque candidat à l’adhésion, à l'évaluation annuelle des progrès de la Turquie en matière de réformes. La Commission des Affaires étrangères du Parlement européen souligne
« l'importance des bonnes relations entre l'UE et la Turquie afin de maintenir un dialogue constructif et ouvert, nécessaire pour traiter les défis communs tels que la migration, la sécurité et le terrorisme » jugeant en outre, que les mesures prises en réponse au coup d'Etat par le pouvoir turc sont « disproportionnées » [1].
Rappelons enfin, que les purges massives opérées par le gouvernement turc après le coup d’Etat manqué de l’année dernière, ont touché l’ensemble de la société turque, notamment la frange la plus progressiste et ouverte de cette société. Un nombre important de médias ont été fermés, des journalistes ont été emprisonnés, des intellectuels mis au ban de la société, des fonctionnaires licenciés, des juges renvoyés…la liste est longue et continue à s’allonger. Sous prétexte de collaboration ou de soutien au coup d’Etat, les accusations fallacieuses pleuvent contre les opposants au régime autoritaire du président Erdogan ; la Turquie revient vers des temps obscurs qui rappellent d’autres époques révolues, que l’on croyait définitivement dépassées…Néanmoins, les actes du gouvernement turc actuel nous rappellent à la triste réalité… C’est en premier lieu dommage pour le peuple turc lui-même…

[1] Sur la base d’informations publiés par RTBF, Econostrum.info et le site du Parlement européen.

Printer Friendly Page Envoyer à un ami




Επικοινωνία - Contact : info@diaspora-grecque.com  |Contact : info@diaspora-grecque.com|  Base :Nyko