Περιεχόμενα
Diaspora Grecque en France
Liens avec la Grèce et Chypre


Διάφορα Κείμενα-Textes divers
CHYPRE : ΚΥΠΡΟΣ
le 7/10/2020 18:53:58

Expansionnisme turc : Ouverture de la partie fermée de la ville-fantôme de Famagouste.

Par Charalambos Petinos, historien et écrivain

Dans une mise en scène flagrante, le président turc Recep Tayyip Erdogan a accueilli à Ankara Ersin Tatar, le soi-disant « Premier ministre » de la partie occupée de Chypre.

Tout le cérémonial était de mise. A l’issue de leur rencontre, ils ont annoncé l’ouverture de la partie fermée de la ville-fantôme de Famagouste, le quartier de Varosha.

Rappelons que Varosha, qui fait partie de l'agglomération de Famagouste (est de l’île de Chypre), a été occupée par l’armée turque en 1974 lors de son invasion de Chypre. La ville a été vidée de ses habitants Chypriotes grecs (nettoyage ethnique en règle) et entourée de clôtures par les militaires turcs. Le régime illégal établi par la Turquie dans la partie de l’île qu’elle occupe, a déclaré unilatéralement son indépendance, non reconnue par la communauté internationale à l'exception de la Turquie (son créateur). Ce régime est soumis totalement au bon vouloir du gouvernement turc qui contrôle et finance tout sur ce territoire chypriote occupé.

Rappelons également que située en lisière de la zone tampon surveillée par l'ONU, Varosha est restée sous contrôle direct de l'armée turque, qui en interdit l'accès. En 1984, l'ONU a adopté une résolution, restée lettre morte, exigeant le transfert de la ville aux Nations unies et son repeuplement par ses habitants d'origine *1 . Il s’agissait d’une de nombreuses résolutions des Nations Unies demandant la restitution de la ville de Varosha à ses habitants légitimes; la Turquie et le régime d’occupation n’ont jamais respecté ces résolutions.

Erdogan et Tatar ont annoncé l’ouverture, dans un premier temps, de la zone littorale de Varosha : « Le littoral (de Varosha) sera ouvert au public à partir de jeudi matin », a déclaré le « Premier ministre » de l'autoproclamée « République turque de Chypre-Nord (RTCN) », lors de cette visite à Ankara*2 . Il s'exprimait lors de la conférence de presse, mentionnée ci-dessus, avec le président turc, Recep Tayyip Erdogan, qui a salué son annonce, la qualifiant de « décision courageuse » .*3

Cependant, cette annonce survient juste avant une « élection présidentielle » dans la partie occupée de Chypre pour désigner le chef de la communauté chypriote turque. Cette « élection » a lieu le 11 octobre prochain et M. Tatar est le principal opposant au chef actuel de la communauté chypriote turque, Mustafa Akinci.

Inutile de préciser qu’Ankara soutien Ersin Tatar, soutien indéfectible de la politique turque à tous les niveaux et sur tous les fronts : Syrie, Irak, Libye, Artsakh (Haut-Karabagh), la Méditerranée orientale et Chypre, contrairement à Mustafa Akinci qui critique (dans la mesure du possible) les agissements nationalistes et islamistes du néo-sultan d’Ankara ; il a même osé critiquer l’invasion turque dans le canton kurde syrien d’Afrine, c’est dire, ce qui a mis en colère noire Erdogan.
Favori dans les sondages, M. Akinci a vivement critiqué l'annonce de l'ouverture de Varosha par M. Tatar et le président turc, y voyant une ingérence d'Ankara dans les « élections » : « C'est une honte pour notre démocratie. Ces mesures visent uniquement à favoriser un des candidats. », a-t-il déclaré .*4

De son côté, la République de Chypre a vivement protesté contre ce nouveau fait accompli de la Turquie à Chypre. Aussi bien le président de la République, Nikos Anastasiades, que le ministre des Affaires étrangères, Nikos Christodoulides, ont condamné cet acte. Egalement, le porte-parole du gouvernement chypriote, Kyriakos Kousios, a déclaré dans un communiqué que cette « action illégale et provocatrice de la Turquie sera dénoncée devant le Conseil de sécurité de l'ONU, l'Union européenne et la communauté internationale comme un acte violant le droit international, les résolutions de l'ONU et les conclusions du Conseil européen ».

« Cela n'aide pas les efforts de désescalade dans la région », a commenté de son côté Oliver Varhelyi, le commissaire à l'élargissement de l'UE. Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a déclaré : « L'UE est très préoccupée par les annonces d'aujourd'hui concernant Varosha », précisant que « Ces événements provoqueront des tensions accrues et risquent de compliquer les efforts en vue de la reprise des pourparlers de règlement de la question chypriote. »*5

Les velléités néo-ottomanes, teintées de national-islamisme d’Erdogan deviennent paroxystiques ! Irak, Syrie, Libye, Méditerranée, Grèce, Chypre, Artsakh, Arménie, rien n’échappe à la volonté expansionniste de l’autocrate d’Ankara, dans sa fuite en avant…

*1 Dépêche de l’ AFP, du 06 octobre 2020, intitulée : Chypre-Nord: la zone littorale de la ville-fantôme de Varosha rouverte jeudi.
*2 Yeniduzen (quotidien chypriote turc), du 7 octobre 2020.
*3 Avrupa (quotidien chypriote turc), du 7 octobre 2020.
*4AFP, op.cit.
*5 Idem

Printer Friendly Page Envoyer à un ami




Επικοινωνία - Contact : info@diaspora-grecque.com  |Contact : info@diaspora-grecque.com|  Base :Nyko