Περιεχόμενα
Diaspora Grecque en France
Liens avec la Grèce et Chypre


ASSOCIATIONS- ΣΥΛΛΟΓΟΙ
CHYPRE : ΚΥΠΡΟΣ
le 22/9/2011 17:38:50

Chypre a commencé les forages exploratoires pour le gaz naturel malgré les menaces turques

«Chypriotes grecs et Chypriotes turcs vont pouvoir bénéficier de tout développement positif».


Dans notre article publié le 6 septembre dernier, intitulé "Menaces de la Turquie contre Chypre", nous vous informions que les recherches devaient commencer début octobre. Celles-ci ont débuté plus tôt que prévu. Le gouvernement chypriote a annoncé que les recherches ont commencé le mercredi 21 septembre. Il a ajouté que la première phase d'exploration prendrait deux à trois mois et que la seconde phase consisterait en l'analyse de la qualité du gaz et ce, sur plusieurs mois. Si tout se déroule dans les meilleures conditions, Chypre pourra exploiter cette richesse dès 2014.
La plate-forme de forage de la société américaine " Noble Energy ", qui porte le nom de "Socrate", a été escortée par des navires israélites jusqu'au bloc numéro 12 de la Zone Economique Exclusive de Chypre, baptisé "Aphrodite" par les Chypriotes, là où ont commencé les forages.
La Communauté internationale, l'Union européenne et les Etats-Unis ont appelé Ankara à la retenue et ont dit soutenir le droit de Chypre à exploiter ses ressources énergétiques.
Malgré cela, les menaces turques deviennent de plus en plus inquiétantes. D'autre part, Ankara est prête à se déployer dans les eaux du Nord de Chypre dans le but d'explorer, elle aussi, les fonds marins.
La Turquie conteste le fait que la République de Chypre n'ait pas demandé l'autorisation de la partie Nord de Chypre (reconnue par la Turquie seulement) avant de commencer les explorations. Or, la partie Nord de Chypre appartient à la République de Chypre et est envahie et occupée par les Turcs depuis 1974.

Le Président de la République M. Demetris Christofias, dans une déclaration, à l’issue d’une réunion sur la question du gaz naturel, tenue le 13 septembre 2011 à Nicosie, a précisé :


« L'exploitation des réserves potentielles de gaz peut agir comme une incitation pour la solution rapide du problème de Chypre. De cette manière, tout le peuple, Chypriotes grecs et Chypriotes turcs, vont pouvoir bénéficier de ce développement positif ».

S’adressant à la presse, suite à la réunion qui s'est tenue au Palais présidentiel, avec la participation du Ministre des Finances, M. Kikis Kazamias, de la Ministre du Commerce de l’ Industrie et du Tourisme, Mme Praxoula Antoniadou, le Ministre de l'Intérieur, M. Neoklis Sylikiotis, le Secrétaire d’Etat auprès du Président de la République, M. Titos Christofides et le Porte-parole du gouvernement de M. Stefanos Stefanou, le Président de la République a notamment déclaré :

«Le sujet de la réunion d'aujourd'hui concernait les actions de la République de Chypre dans le domaine de l'exploitation des réserves potentielles d'hydrocarbures dans les limites de sa zone économique exclusive (ZEE).
Comme vous le savez, depuis quelques années maintenant, la République de Chypre, a pris certaines décisions afin d’explorer ses ressources sous-marines. Une étape d'une grande importance, dans cette direction, a été la signature d'accords avec nos pays voisins et en particulier l'Egypte, Israël et le Liban, pour la délimitation de notre zone économique exclusive avec ces pays.
Effectuant un pas en avant, la République de Chypre a signé un accord avec Noble Energy International pour procéder à des forages dans le Bloc portant le No 12. L'exploitation des richesses naturelles constitue un droit évident et souverain de chaque Etat. La République de Chypre exerce ce droit souverain, en respectant et en appliquant pleinement le droit international et la Convention des Nations unies sur le droit de la mer. Toutes les actions et décisions de notre pays, sont strictement conformes à ce cadre.
Depuis que la République de Chypre a entrepris l'effort pour l'exploration et l'exploitation de ses richesses sous-marines, la Turquie a posé des difficultés de différentes manières, essayant d'entraver toutes les actions de notre pays.
Dernièrement, en dehors de la mise en question des droits souverains de la République de Chypre, la Turquie a lancé des menaces contre Chypre et ses partenaires dans la recherche de gaz naturel.
La Turquie est à l'origine de tensions dans la région. Avec ses menaces, elle agit comme un fauteur de troubles et elle enfreint la loi, et les règles internationales.
Cette politique de la Turquie est inacceptable et condamnable. Les menaces contre Chypre, pour empêcher les forages, et les menaces de provoquer un incident, sont contraires à la légalité internationale et créent un climat d'instabilité et de tension dans la région, déjà troublée, de la Méditerranée orientale.
Nous sommes en mesure de nous demander jusqu’à quelle point le dogme « zéro problème avec les voisins » prôné par le Ministre turc des Affaires Etrangères, est toujours d’actualité.
La Turquie associe, le plus souvent, à ses menaces la question de l'existence des droits des Chypriotes turcs sur le gaz naturel ».

Sur ce point, le Président a rappelé que la République de Chypre et la communauté internationale ne reconnaissent pas l'entité sécessionniste illégale que la Turquie a créée, en 1983, dans la partie occupée de Chypre, précisant que la communauté chypriote turque peut bénéficier de l'exploitation de toute la richesse possible dans le cadre d'une patrie réunifiée.
« Par ailleurs, a-t-il poursuivi, dans le cadre des négociations pour la solution du problème de Chypre, nous avons convenu que les questions de l'exploitation de la richesse du pays demeure au sein de la compétence du gouvernement central, qui va fournir une aide économique, à travers le budget, aux deux unités fédérales.
Il est évident que l'exploitation des réserves potentielles de gaz naturel peut agir comme une incitation pour arriver à une solution rapidement, et l’ensemble du peuple chypriote, Chypriotes grecs et Chypriotes turcs, vont pouvoir bénéficier de tout développement positif.
Nous suivons attentivement et calmement les actes de la Turquie et nous demeurons vigilants. Dans le même temps, nous défendons les droits souverains de la République de Chypre avec des actions et des démarches dans diverses directions.
Nous avons fait des représentations auprès du Secrétaire général de l'ONU et auprès des membres permanents du Conseil de Sécurité de l'ONU. Nous nous sommes adressé l'Union européenne, dont la République de Chypre est membre.
De pays importants et l'Union européenne ont répondu positivement à nos représentations, en soulignant le comportement inacceptable de la Turquie, et en mettant l’accent sur l'importance de l'exercice des droits souverains des Etats.
Dans le cas où la Turquie entreprend des actions illégales, chose que nous ne souhaitons pas, nous nous attendons à une réponse forte et efficace de la part de la communauté internationale ».

Enfin, le Président Christofias a conclu en soulignant : « Je tiens à remercier tout particulièrement la Grèce pour le soutien continu et indéfectible qu'elle apporte à Chypre. La coordination avec le gouvernement grec est continue et la coopération est étroite et excellente ».

Printer Friendly Page Envoyer à un ami




Επικοινωνία - Contact : info@diaspora-grecque.com  |Contact : info@diaspora-grecque.com|  Base :Nyko