Περιεχόμενα
Diaspora Grecque en France
Liens avec la Grèce et Chypre


ASSOCIATIONS- ΣΥΛΛΟΓΟΙ
le 11/10/2021 10:15:07

Parution du nouveau recueil de poésie de Thanassis Hatzopoulos, Métope.

Editions "la tête à l'envers"
9 Petit Ménetreuil
58330 Crux la ville
06 61 38 93 31
www.editions-latetalenvers.com
Le livre : 214 pages/Format : 148x210/ISBN : 979-10-92858-49-5/Prix : 21 euros




Thanassis Hatzopoulos
Métope
Accompagné de 7 Lavis de Colette Deblé

NARCISSE

Il se pencha pour boire
D’eau il ne trouva point dans son image
Seulement la mort
Et il mourut assoiffé
Au moment où ils ne distinguaient de lui
Dans sa chair
Rien d’autre qu’une image
Et un reflet
Mirage d’eau en plein désert






Reprenant l’idée des figures qui ornaient les métopes des temples grecs, le poète et psychanalyste Thanassis Hatzopoulos nous propose une nouvelle lecture des grandes figures (féminines surtout), de l’antiquité jusqu’à nos jours. Étrangères, marâtres, mendiantes, meurtrières, mères ou nourrices du temps passé ou de notre temps, autant de généalogies de femmes qui traversent la vie.
Un poème ouvre le livre Nekuia ou la voûte et un autre À la lumière le clôt, comme un ciel de constellations que la parole met en lumière.
« L’art lui-même est un réservoir sans fin de l’expression humaine. Il a inclus, et continue à contenir, toute version éventuelle de la condition humaine » dit-il dans une interview.
Et il s’agit bien de cela : bien plus que de simples portraits, une exploration de la condition humaine, dans sa diversité, sa beauté et ses horreurs. Un livre puissant.
Recueil traduit du grec par Alexandre Zotos et Véronique Briand.
Préface, notes et postface de Claire Nancy.

Thanassis Hatzopoulos est né à Aliveri, en Eubée, en 1961.
Après des études de médecine à l’Université d’Athènes, il s’est spécialisé en pédopsychiatrie et en psychanalyse.
Il a publié une quinzaine de recueils de poésie, dont certains ont été traduits en français (Cellule aux éditions Cheyne, 2012, pour lequel il a reçu le prix Max Jacob Étranger en 2012, Complexes et Germains à La rumeur libre en 2019, mais aussi des traductions et des essais, en particulier sur Georges Séféris, Paul Claudel, Pierre-Jean Jouve, René Char, Jules Supervielle, Yves Bonnefoy, Philippe Jaccottet…
L’ensemble de son oeuvre poétique a été couronné par le Prix de la poésie de l’Académie d’Athènes en 2013.
Il a été nommé par la République française chevalier dans l’ordre des Arts et des Lettres en 2014.


Lavis de Colette Deblé
Colette Deblé a exposé ses premières oeuvres dès 1976.
Mais partir de 1990, elle entame une oeuvre de longue haleine : un essai plastique autour de la représentation des femmes à travers une série de citations artistiques. Elle interroge ainsi la place de la femme dans l’histoire et dans l’art et souligne l’importance de la filiation. Par les dessins au lavis et par des silhouettes de femmes découpées dans de grandes toiles peintes, Colette Deblé explore une nouvelle vision du féminin.
Ses oeuvres sont l’objet de nombreuses expositions dans le monde (Thessalonique, Albanie, Mexique, Angleterre, Allemagne – d’autres encore…)
En 2008, Jean-Joseph Goux a publié sur ces dessins-lavis L’envol des femmes aux Éditions des femmes-Antoinette Fouque.


Les traducteurs : Alexandre Zotos est agrégé de lettres classiques et maître de conférences honoraire de littérature française à l’Université Jean Monnet de Saint-Étienne. Par attachement à ses origines, il se réclame aussi du domaine balkanique. Licencié de grec moderne et diplômé de langue et civilisation albanaises, il a signé plusieurs traductions d’auteurs contemporains, ainsi qu’une anthologie de la poésie albanaise.
De Thanassis Hatzopoulos, il a traduit Cellule chez Cheyne éditeur, 2012, Prix Max Jacob étranger en 2013.


Véronique Briand vit et travaille à Athènes dans le domaine de l’édition et se consacre plus particulièrement à la traduction du grec moderne vers le français.
Elle est diplômée de traduction littéraire du grec moderne vers le français (Institut Français d’Athènes).


Préface, notes et postface :
Claire Nancy
a suivi une formation en lettres classiques et enseigné en classes préparatoires la littérature française et la langue grecque. Elle a poursuivi en même temps un travail de recherche sur la tragédie grecque, et une double pratique de traduction (Hécube et Les Troyennes d’Euripide chez Garnier-Flammarion, Les Phéniciennes d’Euripide avec Philippe Lacoue-Labarthe chez Belin) et de dramaturgie à l’école du Théâtre national de Strasbourg.
Une partie de ce travail a donné lieu, en 2016, à la publication d’un livre aux éditions de la rue d’Ulm : Euripide et le parti des femmes, accompagné de lavis de Colette Deblé.

Printer Friendly Page Envoyer à un ami




Επικοινωνία - Contact : info@diaspora-grecque.com  |Contact : info@diaspora-grecque.com|  Base :Nyko