Περιεχόμενα
Diaspora Grecque en France
Liens avec la Grèce et Chypre


ASSOCIATIONS- ΣΥΛΛΟΓΟΙ
CHYPRE : ΚΥΠΡΟΣ
le 19/10/2020 17:23:31

Les Chypriotes turcs ont voté pour Erdogan…La nuit noire recouvre le ciel chypriote

"Elections" dans la partie occupée de Chypre "Qui vous protégera de la Turquie ?"
Expansionnisme turc : Ouverture de la partie fermée de la ville-fantôme de Famagouste.

Par Charalambos Petinos, historien et écrivain

Le nationaliste Ersin Tatar, soutenu par la Turquie, a été « élu » dimanche 18 octobre 2020, « président » de l'autoproclamée « République turque de Chypre-Nord (RTCN) », créée par la Turquie dans la partie du territoire chypriote qu’elle occupe illégalement depuis 1974.

Une victoire surprise face au dirigeant de la communauté chypriote turque sortant, Mustafa Akinci.

Avec 51,74% des voix, Ersin Tatar - partisan d’une solution à deux Etats souverains sur l'île méditerranéenne divisée et surtout du même bord national-islamiste que le président turc Recep Tayyip Erdogan -, a devancé Mustafa Akinci, partisan d'une réunification de Chypre sous la forme d'un Etat fédéral*1

« Les Chypriotes turcs votent pour Recep Tayyip Erdogan au lieu de Mustafa Akinci », voilà la phrase qui résume tout le malheur des Chypriotes dans leur ensemble et pas seulement des Chypriotes turcs. Car, la réunification et la pacification de Chypre s’éloignent dangereusement avec ce choix des Chypriotes turcs.

Nonobstant, je souhaite faire une petite digression ici. Depuis l’invasion et l’occupation turque de 1974, beaucoup de choses se sont passées sur l’île. Tout d’abord, le premier nettoyage ethnique de l’après-guerre en Europe. La population chypriote grecque de la partie occupée de l’île fut chassée de ses foyers et propriétés, devenant des réfugiés dans leur propre pays. Ainsi cette partie de l’île était pratiquement vide de population avec l’expulsion d’un peu moins de 200 000 personnes (le tiers de la population du pays à l’époque). La place vidée fut occupée rapidement : sous la menace, le gouvernement chypriote a laissé partir les Chypriotes turcs habitant au sud de l’île vers le nord occupé. Le nettoyage ethnique était accompli.

Néanmoins, le rapport (en nombre) entre les deux communautés chypriotes restait très favorable aux chypriotes grecs. Qu’à cela ne tienne ! La Turquie a une population énorme ! Le transfert continu de colons turcs vers la partie occupée de Chypre n’a jamais cessé depuis 1974. Aujourd’hui, 200 000 colons turcs vivent dans cette partie de l’île, avec moins de 100 000 Chypriotes turcs. Les colons turcs sont généralement « naturalisés » rapidement. Ainsi, cette ingénierie démographique a permis à la Turquie de faire d’une pierre deux coups : Nettoyage ethnique et contrôle de la volonté politique des Chypriotes turcs, récalcitrants aux politiques nationalistes, notamment celles d’Erdogan.

Ceux qui ont « élu » Ersin Tatar sont très majoritairement les colons turcs…

D’ailleurs, Recep Tayyip Erdogan, a activement soutenu son alter ego chypriote turc, Ersin Tatar, en stimulant au maximum les sentiments nationalistes des Turcs et des Chypriotes turcs, avec l’ouverture de Varosha, le quartier fermé de Famagouste *2

Cette évolution est considérée comme négative, car Tatar est en faveur d'une solution à deux États ou d'une confédération ; il rejette toute idée de réunification de l’île.

Par ailleurs, les magouilles électorales ne sont pas absentes.

En effet, le quotidien chypriote turc Kıbrıs Postası*3 rapportait le matin des élections que la « police » chypriote turque avait ouvert une enquête contre trois personnes ayant violé la « loi électorale » lors du deuxième tour des « élections présidentielles » dans les territoires occupés.

Il s’agit d’une personne à Lapithos occupée et d’une personne à Nicosie occupée, qui ont photographié leur bulletin de vote avec leur téléphone portable avant de le mettre dans l’urne ainsi que d’une personne à Lysi occupée qui, après être sorti de l’isoloir, a montré le bulletin de vote aux personnes présentes pour voir pour quoi il a voté, avant de le mettre sous enveloppe et le glisser dans l’urne.

Il s’agit là de la plus vieille combine utilisée pour obliger un électeur de voter pour un candidat précis. Soit par des menaces, soit par des promesses, on oblige l’électeur à apporter la preuve de son choix. Et apparemment, ça marche toujours. Pour la petite histoire avant les téléphones portables, on conseillait, entre autres, à l’électeur de mettre la croix à un endroit précis de la case du bulletin, mais de manière à ce que le bulletin soit toujours valide. C’est-à-dire, par exemple, ne pas mettre la croix au centre du carré, mais légèrement sur la droite, en précisant que lors du dépouillement, il y aurait des personnes qui contrôleraient cela !

A l’annonce des résultats, Mustafa Akinci a félicité son adversaire laissant des sous-entendus quant au rôle de la Turquie dans cette « élection ». Il a annoncé, par ailleurs, qu’il arrêtait la politique*4

Sur ce point, une dépêche de l’Agence France Presse, citée par Le Monde, est parfaitement claire*5 : « Considérant la ‘‘RTCN’’ comme une pièce majeure dans sa stratégie pour défendre ses intérêts en Méditerranée orientale, Ankara suit attentivement l’élection et a multiplié les coups de pouce à M. Tatar. »

Dans la même dépêche, Umut Bozkurt, politologue à l’université de la Méditerranée orientale, déclare : « Les Chypriotes turcs ne sont pas contents d’être considérés comme dépendants d’un autre ».

L’AFP poursuit : « Mais afficher une ligne indépendante d’Ankara est difficile tant la ‘‘RTCN’’ est sous emprise économique turque depuis sa création, en 1983. La crise économique, amplifiée par la pandémie de Covid-19, n’a rien arrangé : c’est Ankara qui a fait construire un hôpital (100 lits) en ‘‘RTCN’’ pour y faire face. »

Par ailleurs, les partisans de Tatar ont sorti les drapeaux turcs et manifesté leur joie en faisant le signe de ralliement des extrémistes de droite turcs, les Loups gris.

Enfin, le président et le ministre des Affaires étrangères turcs ont été parmi les premiers à féliciter le vainqueur ; mais, ne s’agissait-il pas plutôt de l’autocongratulation ?


*1 RFI avec l’AFP : https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20201018-election-%C3%A0-chypre-nord-victoire-surprise-candidat-d-ankara?fbclid=IwAR3Dokog_lID1zrY5YEXzhRXMXrIY4X3_XnokleWN7xcRppWY-dNzV_TlzA
*2 Voir : https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/expansionnisme-turc-227620
*3 kibrispostasi.com (du 18 octobre 2020).
*4 kibrispostasi.com
*5 https://www.lemonde.fr/international/article/2020/10/18/les-chypriotes-turcs-elisent-leur-dirigeant-sur-fond-de-tensions-en-mediterranee-orientale_6056491_3210.html

Printer Friendly Page Envoyer à un ami




Επικοινωνία - Contact : info@diaspora-grecque.com  |Contact : info@diaspora-grecque.com|  Base :Nyko