Περιεχόμενα
Sondage-Δημοσκόπηση
Diaspora Grecque en France
Liens avec la Grèce et Chypre


Διάφορα Κείμενα-Textes divers
CHYPRE : ΚΥΠΡΟΣ
le 19/7/2010 10:40:51

CHYPRE - L’occupation continue 42 ans après…
ΚΥΠΡΟΣ - Η Τουρκική στρατιωτική εισβολή και κατοχή συνεχίζεται


20 ΙΟΥΛΙΟΥ 1974 : Εισβολή και Κατοχή = 2016 Εθνοκάθαρση

20 JUILLET 1974 : Invasion et Occupation = 2016 Purification Ethnique


CHYPRE : Le nettoyage ethnique du passé
Violations des droits de l'Homme par la Turquie à Chypre
Problème chypriote. La question des propriétés
Relance du processus de paix 2005-2006, après l'échec du Plan Annan
Un refugié chypriote grec contre un couple de britanniques occupant illégalement sa propriété dans la partie occupée de Chypre.
2012 : Présidence chypriote du Conseil de l’Union européenne.

20 juillet 1974

Δεν ξεχνώ : je n’oublie pas.

20 juillet 1974

La Turquie envahit Chypre, le 20 juillet 1974 prétendant rétablir l'ordre constitutionnel, utilisant comme prétexte le coup d'état du 15 juillet. La constitution de Chypre, ainsi que les accords établissant la République de Chypre stipulent que l'île est un État souverain, indépendant et territorialement intègre.
Qu'est-ce que la Turquie a fait pour "rétablir", comme elle prétendait, l'ordre constitutionnel.
• 37 % du territoire a été occupé par l'armée turque et reste toujours sous occupation.
• Tous les Chypriotes grecs ont été chassés de cette région et sont toujours empêchés d'y retourner. Ainsi, presque la moitié des Chypriotes grecs continue d'être des réfugiés dans leur propre pays.
• La méthode qui a été utilisée pour les chasser de leurs foyers était le terrorisme, la torture, le meurtre et le viol, comme en témoignent les rapports de la Commission des Droits de l'Homme du Conseil de l’Europe.
• 1 619 Chypriotes grecs sont toujours portés disparus depuis lors, bien que pour beaucoup d'entre eux il y a des preuves qu'ils étaient en vie, en état d'arrestation par l'armée turque, après l'arrêt des hostilités.
• L'armée turque a forcé les Chypriotes turcs à se concentrer dans la partie occupée.
La Turquie maintient dans la partie occupée de Chypre une armée d'environ 45 000 hommes qui disposent de plus de 400 chars et de quelques 300 véhicules blindés. Cela fait de la zone occupée de Chypre un des endroits les plus militarisés au monde.
• Les colons de Turquie, au nombre de 450 000, sont maintenant beaucoup plus nombreux que les Chypriotes turcs et sont installés dans la partie occupée.
• Le processus de déracinement n'est pas appliqué seulement à la présence physique de la composante ethnique grecque dans la partie occupée de Chypre, mais prend aussi la forme d'un effort continu de purifier ethniquement même le passé.
• Les noms de lieux grecs, vieux de plus de trois mille ans, ont été changés et remplacés par des noms turcs, et les monuments de l'héritage culturel hellénique et chrétien subissent une destruction systématique dans la partie occupée.
Ceci a été le prototype de purification ethnique appliquée par la Turquie à l'encontre de Chypre en 1974. Pendant ce temps, des tentatives ont été entreprises de déclarer la partie occupée comme état indépendant, mais elles ont été condamnées fermement par le Conseil de Sécurité dans ses résolutions.


Chypre 1974-2016 : quarante-deux années d’occupation

Il faut rappeler de manière liminaire que depuis quarante-deux ans, un pays la Turquie se prétendant européenne et candidate à l’adhésion à l’Union européenne, occupe militairement, après une invasion sanglante, plus du tiers du territoire de la République de Chypre, membre de l’Union européenne. Ce postulat comporte déjà une posture schizophrénique : d’un côté, un pays candidat à l’adhésion dans une organisation qui a pour objectif, entre autres, la promotion du respect des droits de l’homme et des droits fondamentaux, viole aussi bien les droits dans un Etat membre de cette organisation, et, par-dessus le marché, viole de manière flagrante les droits de ses propres citoyens ; cet Etat donc souhaite faire partie de l’organisation phare de la culture du droit et des droits de l’homme, sachant par ailleurs que tous les membres de cette organisation possèdent un droit de véto à toute nouvelle adhésion…d’où le double paradoxe !!!

L’année 2016 marque le quarante-deuxième anniversaire de l’invasion turque et de l’occupation des 37% du territoire de la République de Chypre. La division, la violation massive des droits de l’Homme de tous les Chypriotes, la colonisation, la destruction du patrimoine culturel et religieux dans la partie occupée de Chypre, le nettoyage ethnique et l’exploitation illégale des propriétés des Chypriotes grecs expulsés, c’est-à-dire les résultats néfastes de l’invasion et de l’occupation, sont toujours là.
Rappelons à cette occasion la situation dans laquelle se trouvent actuellement les négociations pour la solution du problème de l’occupation de Chypre. Avant d’aller plus en avant dans l’analyse, précisons que celles-ci sont menées sous l’égide du Secrétaire général de l’ONU, sur la base de la déclaration conjointe du 11 février 2014 entre le Président Anastasiades et M. Eroglu alors leader de la communauté chypriote turque. Cette déclaration établit un cadre de solution garantissant les trois principes de l’unité de l’Etat ; l’île de Chypre réunifiée aura une seule souveraineté, une seule citoyenneté et une seule personnalité internationale. La République de Chypre se transformera en un Etat fédéral, membre de l’UE, où tous les citoyens - les Chypriotes grecs et turcs ainsi que les autres plus petites communautés - pourront profiter de l'égalité politique telle que définie par les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité. Après maintes difficultés dues aux positions extrémistes du leader nationaliste chypriote turc ainsi que des provocations de la Turquie dans la zone économique exclusive de Chypre (elle y a envoyé un navire sismique accompagné de navires de guerre pour effectuer des recherches, violant toutes les conventions et pratiques internationales) ont conduit à la suspension de ces négociations.
Lorsque la communauté chypriote turque a porté à sa tête Mustafa Akinçi, l’espoir a été ravivé ; le nouveau leader chypriote turc ayant fait de la solution et la réunification de Chypre son objectif majeur. Néanmoins, dès ses premiers pas de chef de la communauté chypriote turque, l’ombre d’Ankara, et plus particulièrement l’ombre du président turc Erdogan, s’est faite menaçante. Le président turc a rappelé Mustafa Akinçi sèchement qui était le maître, lui intimant l’ordre de tenir compte du rôle de la Turquie dans cette partie de l’île. Cette polémique en dit long sur la dépendance totale de la partie occupée de Chypre à l’égard d’Ankara : une armée d’occupation forte de quelques 40 000 soldats, une économie maintenue à flot par les versements d’Ankara, une Ambassade turque qui se comporte comme une Préfecture, la présence massive de colons turcs qui sont actuellement deux fois plus nombreux que les Chypriotes turcs, ne sont que quelques éléments de cette dépendance. D’ailleurs, la Cour européenne des droits de l’homme dans ses différents arrêts concernant des requêtes de Chypriotes grecs contre la Turquie pour des violations de leurs droits dans la partie nord de l’île ne dit pas autre chose : dans tous ces cas, la Turquie est condamnée pour les violations car « elle exerce un contrôle effectif total sur ce territoire chypriote ». En schématisant, nous pouvons dire que la clé de la solution du problème chypriote se trouve à Ankara et qu’il est temps que cette dernière passe des paroles aux actes concrets dans la direction de la solution : il ne suffit pas de dire qu’on est pour la solution, il faut agir. Il y a certes des avancées aux négociations, reprises il y a un peu plus d’an, et des ententes préalables sur nombre d’aspects du problème, mais la route est encore longue et semée d’embûches…




Δεν ξεχνώ : je n’oublie pas.

Cette phrase est gravée dans le cœur de tous les Chypriotes grecs

Nous avons appris à lutter.
Nos nombreux envahisseurs nous
l’ont fait comprendre durement,
qui ont essayé plusieurs fois de nous
faire agenouiller mais, nous nous
relevons encore comme nous allons
nous relever maintenant.
Notre Chypre bien aimée, courage !

Μάθαμε ν’αγωνιζόμαστε.
Μας το δίδαξαν σκληρά οι πολλοί κατακτητές μας που προσπάθησαν να μας γονατίσουν μα εμείς σηκωνόμαστε και πάλι όπως θα
σηκωθούμε και τώρα Κύπρος μας αγαπημένη, κουράγιο !









CHYPRE


ΚΥΠΡΟΣ










Membre de l’Union Européenne

Μέλος της Ευρωπαϊκής Ενωσης









envahie et occupée depuis 1974

εισβολή και κατοχή από το 1974









par l’armée turque

από τον τουρκικό στρατό



Turcs assassins, violeurs, voleurs, envahisseurs, conquérants QUITTEZ CHYPRE !
Τούρκοι δολοφόνοι, βιαστές, κλέφτες, εισβολείς, κατακτητές
ΕΞΩ ΑΠΟ ΤΗΝ ΚΥΠΡΟ





Printer Friendly Page Envoyer à un ami




Création de site Internet, Webmarketing, Référencement :Raphaël Luciani .Fr

 |Contact : info@diaspora-grecque.com|  Base :Nyko